Troupeau

Sport et travail

Le Troupeau . Chiens de protection

 

 

Commission pastoralisme de la R.A.C.P.
Ces personnes sont à votre disposition, n'hésitez pas à les contacter

Responsable : Véronique Farnoux fontdandiol@yahoo.fr
Responsable : Benoît Cockenpot bcockenpot@free.fr

Disciplines CUN -Troupeaux (Commission d'Utilisation Nationale Chiens de Troupeaux)

Visiter le site de la CUN-Troupeaux

 

Une question, un conseil, n'hésitez pas à prendre contact avec :

Notre responsable de la commission " Chiens de Protection " : Benoit Cockenpot

Hameau de Bordes.Vier Bordes 65400 Argles-Gazost

05 62 97 10 78 bcockenpot@free.fr

   

Le chien de montagne des Pyrénées, chien de protection de troupeau.

Les montagnes des Pyrénées à l'heure actuelle, comme leurs ancêtres depuis des milliers d'années sont utilisés

pour protéger les troupeaux contre les attaques des prédateurs, la sélection pour cet usage a façonné

le chien de montagne des Pyrénées que l'on appelle aussi familièrement le Patou.

Le rôle du Montagne des Pyrénées est la protection et la défense du troupeau contre les attaques des prédateurs (loups, lynx, ours... ou chiens divagants),

ce rôle est très différent de la fonction du chien Berger des Pyrénées qui est la conduite de troupeau.

Le chien de conduite doit être à l'écoute et à la disposition de son maître pour déplacer ou regrouper le troupeau.

Le chien de protection reste au sein du troupeau, même en l'absence de son maître, il surveille les menaces potentielles et de sa propre initiative, il s'interpose entre le prédateur et le troupeau.

 

Il fait face par une posture et des aboiements de prévention, puis d'intimidation et de dissuasion si l'intrus se rapproche trop du troupeau et si le danger se précise.

Le Montagne des Pyrénées peut aller jusqu'à l'affrontement en cas de nécessité, mais le corps à corps est exceptionnel, l'attitude du chien de protection est essentiellement dissuasive.

 

 

 

 

Attitudes à adopter face à un chien de protection de troupeau

En montagne et en milieu ouvert, les chiens habitués à la fréquentation touristique sauront faire la différence entre un prédateur et un promeneur,

mais il est important que ce dernier adopte un comportement adapté et respectueux de la tranquillité du troupeau.

 

 

 

 

 

Lorsque c'est possible, le mieux est de contourner largement l'aire de pâturage des animaux.

Si vous devez passer à proximité du troupeau, la consigne est de déranger les brebis le moins possible,

le chien de protection viendra probablement vous flairer et vous accompagner un bout de chemin.

S'il aboie à votre approche, n'adoptez pas d'attitude inhabituelle, ne fixez pas le chien dans les yeux,

ne criez pas, ne courrez pas, ne menacez pas avec des mouvements brusques ou en levant un baton,

mais continuez votre chemin et éloignez vous tranquillement.

Si vous êtes à vélo, mettez pied à terre et passez en marchant.

Si le chien est amical, ne cherchez pas à le caresser ou à lui donner à manger,

sinon il risquerait de rechercher la présence humaine et de délaisser ses brebis.

 

 

 

 

 

 

Méthode de mise en place du chien de protection de troupeau

Le montagne des Pyrénées adopte naturellement à l'âge adulte un comportement de garde.

S'il a été élevé en tant que chien de compagnie, il préviendra la maisonnée de toute approche d'inconnus

par des aboiements d'alerte tout en accueillant affectueusement les habitués et les proches.

S'il vit dans une ferme d'élevage, il gardera les biens de la ferme autant que les animaux qui y sont hébergés,

il a ainsi un rôle non négligeable dans la protection de ceux-ci contre les prédateurs.

 

 


Cependant, si ce comportement est lié à la garde du territoire de la ferme,
le troupeau sera

alors bien protégé aux abords de la ferme, mais sera vulnérable s'il pacage dans un autre secteur.

Le chien de protection de troupeau à proprement parler a pour mission de protéger le troupeau

de façon permanente où qu'il soit, même en milieu ouvert et en dehors d'une présence humaine.

Ce chien doit pour cela se référer au troupeau et non au territoire.

Le montagne des Pyrénées (ou “Patou”) se révèle très efficace pour ce rôle de protection de troupeau,

à la condition de respecter une méthode de mise en place qui consiste principalement à maintenir

le chiot à partir de l'age de 7 ou 8 semaines en compagnie d'un groupe de brebis pour favoriser un attachement inter-éspèces fort et durable.

 

 

 

Pendant cette période d'imprégnation au troupeau,

il faudra faire en sorte qu'aucune sollicitation humaine ou de congénères ne l'attire hors des brebis.

On veillera à ce qu'il n'adopte pas des jeux de poursuite et de mordillement vis à vis des agneaux.

Certaines étapes comme les premières sorties ou la montée en estive sont importantes à observer,

pour éventuellement rectifier des comportements inadaptés.

Le chiot doit idéalement calquer son comportement sur celui des brebis et ne pas s'éloigner du troupeau.

 

 

 

 

Après la période d'imprégnation, le chiot pourra prendre exemple sur le comportement d'un adulte.


 
Le Patou bien socialisé au troupeau considère celui-ci comme sa famille, recherche sa présence et le protège en tous lieux et en toutes circonstances.

 

 

 

 

Site de la Pastorale Pyrénéenne

http://www.pastoralepyreneenne.fr/v2/19.html


Site du gouvernement, ministère du développement durable 

http://www.loup.developpement-durable.gouv.fr/spip.php?rubrique38